Signes officiels de qualité et d’origine des produits alimentaires (AOP/AOC, IGP, Label Rouge, Bio…) : les évolutions à venir !

Initiés par la France, les 5 signes officiels de qualité et d’origine (SIQO) sont les seuls, parmi les nombreuses mentions figurant sur les étiquettes des produits alimentaires, à être garantis par l’État et reconnus au niveau européen.

Les « promesses » qu’ils offrent portent sur l’origine (AOP/AOC, IGP), le respect de l’environnement et du bien-être animal (Bio), une qualité supérieure (Label Rouge) ou encore une recette traditionnelle (STG) ; elles font l’objet de contrôles réguliers.

Outre les garanties apportées aux consommateurs, les quelque 1 100 produits sous SIQO permettent aux agriculteurs de différencier leurs productions et donc de mieux les valoriser.

Parallèlement, ils contribuent à dynamiser les territoires grâce aux patrimoines gastronomiques, paysagers et culturels qu’ils entretiennent.

Pour autant, les SIQO doivent aujourd’hui relever des défis. Dans cet objectif, le Conseil Economique Social et Environnemental a rendu un avis contenant diverses préconisations pour améliorer leur connaissance par les consommateurs, renforcer et élargir leurs promesses face aux attentes de la société, ou encore favoriser et soutenir leur développement.

Au nombre de ces 18 préconisations, nous noterons plus particulièrement :

  • le regroupement sous la dénomination « indications de territoire » les AOP et IGP pour lever toute confusion entre elles ;
  • répondre aux nouvelles attentes sociétales en intégrant dans les cahiers des charges des engagements environnementaux, sanitaires et sociaux;
  • expérimenter en France la création d’un nouveau SIQO : « agriculture biologique locale et équitable » ;
  • abandonner progressivement l’AOC pour les vins et eaux de vie pour n’utiliser que celle européenne d’AOP ;
  • confier aux DRAAF une mission d’appui juridique, administratif et logistique aux professionnels s’engageant dans une démarche de reconnaissance d’un SIQO ;
  • augmenter et pérenniser les aides publiques destinées à l’agriculture biologique au regard de l’ambition des objectifs visés dans le futur plan Ambition Bio 2022 ;
  • renforcer les moyens et le rôle de l’INAO.

http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2018/2018_18_qualite_origine_produits_alimentaires.pdf

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.