Encépagement des AOC : l’INAO s’adapte au changement climatique

Lors de la séance du comité vin AOC de l’INAO en date du 6 septembre, les professionnels ont approuvé une évolution concernant l’encépagement des AOC.

Le comité vin AOC vient d’ouvrir la possibilité d’introduire de nouveaux cépages dans les cahiers des charges de AOC (sous condition), offrant la possibilité aux AOC de mener leur propre R&D variétale.

Chritisian Paly, président du Comité vin de l’INAO, indique que « Ce changement est motivé par notre volonté de prendre en compte la demande sociétale en matière d’environnement et de s’adapter au changement climatique. Il s’agit d’une mesure qui s’intègre dans une stratégie globale de l’INAO de répondre d’adaptation à ces deux enjeux ».

L’INAO valide donc la création d’une troisième catégorie de cépages dits « cépage en vue d’adaptation climatique et environnementale ». Elle vient s’ajouter aux deux catégories existantes que sont les cépages principaux et les cépages accessoires.

Ces nouveaux cépages pourront intégrer les cahiers des charges sous certaines conditions:

  • Leur nombre sera limité à dix cépages par couleur et vingt cépages toute couleur confondue;
  • l’introduction de cette troisième catégorie de cépage ne pourra se faire que dans la limité de 5 % de l’encépagement.

L’introduction d’un ou de plusieurs cépages dans une exploitation donnera lieu à une formalisation par la voie d’une convention entre l’INAO, l’ODG (Organisme de Défense et de Gestion) et le producteur. Elle sera d’une durée de 10 ans. Au terme de cette durée, l’intérêt du ou des cépages pour l’AOC sera évalué. Si les cépages donnent satisfaction, ils rejoindront soit la catégorie des cépages accessoires, soit la catégorie des cépages principaux. Dans le cas où, le ou les cépages ne donnent pas satisfaction, ils seront sortis du cahier des charges ne pourront donc pas être vinifiés en AOC.

L’intégration de la troisième catégorie devra être motivée par l’ODG pour expliquer en quoi le cépage permet de relever le défi du changement climatique ou de l’adaptation à l’environnement : intérêt dans l’adaptation à la sècheresse, moindre utilisation de produits phytosanitaires… Ensuite, chaque cépage planté sera suivi comme lors d’une expérimentation de recherche, permettant de relever ses performances.

Communiqué (PDF) // Conclusions du Comité national des AOC viticoles (6/09/2018)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.